Lundi 11 mai 2015 - 20h30
Théâtre

Automne 1965, dans le salon de la maison calme, le père fait ses comptes, la fille étudie. Ils se parlent, s’éprouvent. Elle veut refaire le monde. Il veut la protéger. Mara et son père s’affrontent sur le terrain politique. Elle a une conception intransigeante des injustices. Lui préfère négocier avec les inégalités de la société.

Homme mesuré, il dirige son petit commerce, traverse des difficultés, tente de la raisonner. Elle suit des études en « sciences politiques » à Trento, près de Milan. À la faculté, elle lutte pour que soit reconnu l’intitulé « sociologie ».

En 1966, les groupuscules gauchistes se forment, la jeune fille rejoint Renato Curcio, « un petit gars avec la peau mate ». À Milan, le couple d’amoureux crée un groupe d’extrême gauche, ils se lancent dans la lutte armée. Crimes politiques, enlèvements. Mara, Renato et leurs complices ont fondé les Brigades Rouges. La jeune fille meurt lors d’une fusillade en juin 1975.

Les Bohringer avouent que dans leur couple père / fille, le rebelle ce serait plutôt lui, Richard. L’assagie, la raisonnable, ce serait elle, Romane. Richard et Romane Bohringer cherchent depuis longtemps une oeuvre à travailler ensemble, un texte qui leur permettrait d’aller à l’opposé de ce qu’ils sont, contre leurs natures.

J’avais un beau ballon rouge, a remporté le Prix Riccione de la dramaturgie et le Prix Golden Graal Astro Nascente pour le Théâtre. Didym dirige ce dialogue simple et engagé de deux figures indispensables l’une à l’autre, un père et sa fille et leurs silences, secrets, non-dits, leur amour inconditionnel dans la tempête.

Pierre Notte, conseiller et auteur associé de Jean-Michel Ribes au Théâtre du Rond-Point / Paris

  • De Angela Dematté
  • Adaptation et mise en scène : Michel Didym, Directeur du Centre Dramatique National "La Manufacture" de Nancy
  • Traduction : Caroline Michel
  • Production Théâtre de la Manufacture - CDN Nancy-Lorraine, coproduction Le Volcan - SN Le Havre, Théâtre Anne de Bretagne / Vannes, en partenariat avec Face à face, Paroles d’Italie pour les scènes de France

«Du théâtre qui enchante le coeur et qui remue l’esprit. Romane Bohringer, formidable, donne corps à ce rôle avec finesse et énergie. Richard Bohringer est inattendu en père attentif et tendre, un peu bougon. Le père et la fille à la scène et à la ville, nous émeuvent et nous embarquent.»Le Monde

30€ (tarif unique)

Centre culturel La Passerelle


50, Avenue de Lorraine
57190 FLORANGE, FRANCE
  03 82 59 17 99

Accueil téléphonique :
du lundi au jeudi : 9h - 13h et 14h - 17h
le vendredi : 9h - 13h et 14h - 16h30

  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.